LE LUXE
DE LA
TRANQUILLITÉ

LIVRAISON
PHASE 1 – ÉTÉ 2022 / PHASE 2 – ÉTÉ 2023

____________________
LIVRAISON
PHASE 1 – ÉTÉ 2022 / PHASE 2 – ÉTÉ 2023

CONDOS LOCATIFS
LE DIVIN
Le luxe de la tranquillité

– LIVRAISON –
PHASE 1 – ÉTÉ 2022 / PHASE 2 – ÉTÉ 2023

CaractéristiqueS

Un milieu de vie unique

Les condos locatifs le Divin

Un lieu incomparable

TOUT LE CACHET D’UN MONUMENT HISTORIQUE, APPUYÉ PAR LES AVANTAGES DES CONSTRUCTIONS D’AUJOURD’HUI

Offrez-vous la paix d’esprit et optez pour un environnement calme et enchanteur au caractère unique.

Le Divin saura vous charmer par son style incomparable alliant le charme authentique de cet immeuble aux commodités d’une habitation contemporaine.

Plus qu’un domicile, Le Divin est un milieu de vie exceptionnel qui saura répondre à vos besoins tout en vous offrant la quiétude recherchée.

BUREAU DE LOCATION

1-833-LEDIVIN (533-4846)
equipe@ledivin.ca

Ouvert du lundi au vendredi sur rendez-vous
37, avenue des Cascades, Québec (Beauport)

FICHE DU BÂTIMENT

Source : Ville de Québec

    HISTORIQUE
    • Maison provinciale de Saint-Joseph des Soeurs servantes du Saint-Coeur-de-MarieÀ l’époque du régime seigneurial, le site de la maison provinciale du Saint-Coeur-de-Marie fait partie de la seigneurie de Beauport, laquelle est concédée en 1634 à Robert Giffard par la compagnie des Cent-Associés. Dès 1653, Giffard planifie l’établissement du bourg du Fargy. Des rangs commencent à être concédés au nord à partir de 1667 et tous les emplacements du bourg du Fargy sont déjà octroyés dès la fin du XVIIe siècle. La paroisse de La Nativité-de-Notre-Dame est érigée canoniquement en 1684.Au cours du XIXe siècle, ce sont principalement des familles ouvrières qui habitent dans le bourg du Fargy, essentiellement à la Côte-des-Pères et dans le village. Parallèlement à l’établissement industriel, le bourg connaît une importante poussée démographique dont les effets se répercutent sur le domaine agricole : les gens délaissent la culture du blé pour le maraîchageLe village de Beauport accède au statut de ville en 1924. Les terres situées au nord de la ville sont peu occupées au milieu du XXe siècle : c’est sur ce territoire que les Soeurs servantes du Saint-Coeur-de-Marie choisissent de construire leur maison provinciale en 1939, sur un terrain acquis en 1930, situé en bordure de la future avenue des Cascades. Les Soeurs deviennent propriétaires de la moitié ouest du lot 592 du cadastre officiel de la paroisse de Beauport faisant front sur la future avenue des Cascades.Au départ, les Soeurs exploitent la ferme qu’elles ont développée sur leur terre. Dès les années 1930, elles font construire des bâtiments secondaires dont une grange. La construction de la maison provinciale des Soeurs servantes du Saint-Coeur-de-Marie s’amorce le 28 avril 1939. Dès le 2 septembre 1940, les Religieuses s’installent dans leur nouveau couvent. Dès son inauguration, l’édifice abrite, outre l’administration provinciale, un noviciat, un scolasticat-école normale, ainsi qu’une infirmerie pour les soeurs aînées et malades. Un pensionnat et un juvénat sont aménagés dès 1942 : les Soeurs y accueillent les jeunes filles se préparant à la vie religieuse jusqu’en 1971. Par la suite, certaines pièces sont organisées pour répondre aux besoins de la communauté confessionnelle locale et du centre d’accueil pour personnes âgées. De plus, entre 1942 et 1989, la maison renferme un atelier de confection de vêtements sacerdotaux.

      En 1939 et 1940, lorsque le couvent est érigé, d’autres constructions sont bâties à proximité de la maison, du côté est : chaufferie et garage.

      La chapelle n’est complétée qu’entre 1951 et 1952, d’après les plans d’un moine-architecte et d’une religieuse de la congrégation.

      Dès l’année 1953, l’administration générale de la congrégation, qui était jusqu’alors située en France, est déménagée à Beauport : le bâtiment devient la maison généralice des Soeurs servantes du Saint-Coeur-de-Marie, mais continue néanmoins à abriter le provincialat.

      Lorsque la communauté s’installe dans la maison provinciale de Beauport en 1940, l’ensemble du complexe n’est pas terminé tel que sur les plans initiaux. En effet, des ailes sont planifiées aux extrémités est et ouest du volume principal. Elles sont finalement ajoutées en 1957-1958.

      Au tournant des années 1960, la Congrégation acquiert un terrain situé juste en face de la maison provinciale. Elle y fait ériger en 1964 un imposant édifice afin d’abriter l’administration de la province du Saint-Coeur-de-Marie, ainsi qu’un pensionnat. Le nouveau bâtiment prend alors le nom de maison provinciale du Saint-Coeur-de-Marie, alors que l’ancien est désigné sous celui de maison provinciale de Saint-Joseph.

      En 1968, l’administration générale est à nouveau transférée, mais cette fois-ci à Montréal. Puisque le couvent de l’avenue des Cascades continue d’offrir aux provinces les services de noviciat, de juvénat et d’infirmerie, il est désigné sous le nom de Centre interprovincial canadien. Puis, en raison de l’interrelation des provinces avec le couvent de Beauport, celui-ci accepte, en 1975, le titre de Vice-Province.

      La propriété des Soeurs servantes du Saint-Coeur-de-Marie est vaste. De ce fait, une partie du terrain est consacrée à la ferme et à l’exploitation agricole. Toutefois, d’autres aménagements sont réalisés à l’arrière du couvent, dont une grotte, un jardin avec des allées ainsi que le cimetière de la communauté.

      Dès les années 1960-1970, les développements domiciliaires se multiplient sur le territoire de Beauport et notamment autour de la propriété. La propriété devient l’hôte d’importantes installations d’Hydro-Québec avec une ligne de transport d’électricité de part en part du site.

      Le bâtiment a subi peu d’interventions au cours des années. La maison Saint-Joseph abrite aujourd’hui l’administration provinciale de la congrégation du même nom, indépendante de celle du Saint-Coeur-de-Marie, dont la maison provinciale est située juste en face, au 30, rue des Cascades. Outre les bureaux administratifs, l’édifice abrite les archives et collections de la communauté, un noviciat, l’infirmerie, ainsi que le service des Soeurs missionnaires à l’extérieur du Canada. Quant au centre d’hébergement pour personnes âgées, il a été définitivement fermé en 1990.

      Environ 170 religieuses habitent la maison en 2005.

      1957-1958 : ajout de 2 ailes latéralres tel que plan initial, toit en pavillon sur corps central.
      1972 : ajout d’un entrepôt-garage à l’arrière.
      1977 : parement en pierre d’un mur refait.
      1982 : réaménagement intérieur du 4e étage.
      1986 : parement en pierre mur nord refait.
      1988 à 1990 : importants réaménagements intérieurs et remplacement de fenêtres.
      Années 1990 : installation d’escaliers de secourd et mise aux normes.
      2000 : installation ascenceur dans l’aile avant.
      2005 : remplacement de la chaudière à vapeur.

      Patri-Arch, 2006.

      ANALYSE
      • La propriété des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie possède une valeur patrimoniale supérieure en raison de son intérêt historique, sa valeur d’art et d’architecture et son état d’authenticité.Valeur d’âge et intérêt historiqueLa maison provinciale de Saint-Joseph des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie possède une ancienneté relative en raison de l’âge de l’édifice, construit à la fin des années 1930. Si le bâtiment ne se distingue pas par sa valeur d’âge, il présente néanmoins un état proche de son état original.Fondée en France en 1860, la congrégation des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie arrive au Canada en 1892 et s’installe à Québec en 1899. Le couvent de Limoilou ne répondant plus aux besoins grandissants de la communauté dès les premières décennies du 20e siècle, les religieuses se tournent vers la campagne pour y ériger une maison provinciale. Le 13 août 1930, l’achat d’un terrain est conclut devant le notaire H. Delage; les Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie acquièrent alors la moitié ouest du lot 592 du cadastre officiel de la paroisse de Beauport. Pendant neuf ans, la congrégation réunit les ressources financières nécessaires à la construction d’une maison provinciale. Parallèlement, les religieuses exploitent les terres agricoles de leur nouvelle propriété.

        La construction de la maison provinciale ayant débuté le 18 avril 1939, les religieuses s’y installent dès le 2 septembre 1940. Outre l’administration provinciale, l’édifice accueille, dès son inauguration, un noviciat, un scolasticat, une école normale et une infirmerie, puis, à partir de 1942, un pensionnat et un juvénat. En 1953, l’administration générale de la congrégation, jusqu’alors située en France, déménage à Beauport, avant d’être transférée à Montréal en 1968.

        Une chapelle, conçue selon les plans d’un moine-architecte et d’une religieuse de la congrégation, s’ajoute au bâtiment entre 1951 et 1952. En 1957 et 1958, deux ailes sont construites aux extrémités est et ouest du corps de bâtiment principal. L’édifice s’organise alors selon un plan en forme de « H ». À la suite de la construction, en 1964, d’un édifice situé en face de la maison provinciale, la résidence est désignée sous le nom de maison provinciale de Saint-Joseph des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie.

        Valeur d’usage

        La maison provinciale de Saint-Joseph des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie possède une valeur d’usage puisqu’elle a conservé sa vocation d’origine, associée à des fonctions administratives et résidentielles.

        L’édifice a également accueilli, au fil des ans, divers services : noviciat, scolasticat-école normale, pensionnat, juvénat, infirmerie et centre d’accueil pour personnes âgées. Jusqu’en 1971, la maison reçoit les jeunes filles se préparant à la vie religieuse. En plus d’abriter l’administration provinciale, l’édifice a logé, de 1953 à 1968, l’administration générale de la congrégation. Puisqu’elle continue d’offrir ses services aux provinces, la maison est désignée sous le nom de Centre interprovincial canadien, puis de Vice-Province.

        Bien qu’elle ait perdu plusieurs de ses fonctions, la maison conserve son importance en tant que siège administratif de la province de Saint-Joseph et maison de retraite pour de nombreuses soeurs de la communauté. L’édifice accueille aujourd’hui les bureaux administratifs du provincialat, les archives et collections de la communauté, un noviciat, l’infirmerie et le service des soeurs missionnaires à l’extérieur du Canada.

        Valeur d’art et d’architecture

        La propriété des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie possède une valeur d’architecture. Le corps de bâtiment initial, dont le plan forme un « H », a été construit en 1939-1940 d’après les plans de l’architecte Héliodore Laberge, qui opte pour la fonctionnalité et le modernisme en adoptant des volumes rectangulaires simples à toit plat et dépouillés d’ornements. Avec le revêtement extérieur en pierre et sa composition classique, l’ensemble dégage une impression de rigueur, voire d’austérité. Un imposant avant-corps se dresse au milieu de la façade principale et c’est sur ce volume que les éléments ornementaux, dont des pilastres à chapiteaux à fleur de lys et une corniche à modillons, sont concentrés.

        La chapelle, achevée en 1951-1952 selon les plans du moine-architecte dom Claude-Marie Côté, est d’inspiration néo-romane. Les trois vaisseaux de la nef sont délimités par deux séries d’arcades en plein cintre, alors que des arcs du même type marquent la progression des travées, de la nef jusqu’au choeur. Parmi les autres composantes d’intérêt figurent la fresque qui orne la voûte du choeur, représentant l’assomption de Marie, ainsi que les énormes chapiteaux des colonnes et colonnettes.

        En 1957-1958, les ailes latérales sont ajoutées et le corps central est doté d’un toit en pavillon, recouvert de cuivre sur baguettes et surmonté d’une flèche. Ces ajouts, qui s’intègrent bien à l’ensemble, s’inscrivent également dans une esthétique de rationalisme et d’austérité. Par ailleurs, ils accentuent le caractère monumental de la façade principale de l’édifice.

        Valeur d’authenticité

        Les composantes du site de la maison provinciale de Saint-Joseph des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie possèdent une bonne valeur d’authenticité. Après les derniers agrandissements réalisés à la fin des années 1950, presque aucune modification n’a affecté l’extérieur du bâtiment, mis à part les escaliers de secours ajoutés sur les façades avant des ailes latérales lors de travaux de mises aux normes vers 1990. Les autres rénovations extérieures ont été réalisées en harmonie avec l’architecture de l’immeuble.

        Les travaux de réaménagement intérieur semblent avoir été plus nombreux, surtout au cours des décennies 1980 et 1990.

        Les terrains et l’environnement de la résidence présentent également une bonne valeur d’authenticité. Outre le fait que le pourtour de la propriété ait été développé à des fins résidentielles, l’environnement immédiat, du moins sur l’avenue des Cascades et sur la partie de terrain juste à l’ouest du bâtiment principal, a préservé son caractère agricole. Tous les aménagements paysagers semblent aussi avoir conservé leur état d’origine. Toutefois, une ligne de transport d’électricité, apparue à une date inconnue, traverse de façon oblique l’ensemble du terrain.

        Valeur de position

        La maison provinciale de Saint-Joseph des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie possède une valeur de position. Implantée sur un vaste terrain, la propriété est située sur l’avenue des Cascades, autrefois l’avenue du Moulin, un parcours mère de Beauport. L’ancien chemin desservait les terres agricoles situées sur son flanc nord et permettait un accès au quatrième moulin banal, construit à la fin du 18e siècle par le propriétaire et seigneur Antoine Juchereau Duchesnay. Le caractère ancien de la voie publique est perceptible par la présence de bâtiments institutionnels d’importance.

        À l’arrivée des religieuses à Beauport, les vastes terrains de l’avenue des Cascades à vocation agricole permettent d’accueillir des équipements d’importance. Avant la construction de la maison provinciale, une partie du lot est consacrée à la ferme et à l’exploitation agricole. Afin de consolider leurs activités, les religieuses acquièrent des terres voisines. Le pré à l’ouest de la résidence témoigne aujourd’hui de l’origine rurale du site.

        L’édifice est érigé à l’extrémité sud-est de la propriété. À l’instar des résidences à proximité, la façade principale du bâtiment n’est pas parallèle à la rue, son implantation suivant plutôt l’orientation de la parcelle de terrain. À partir des années 1960-1970, le territoire de la ville de Beauport se densifie rapidement. Un tissu urbain résidentiel se développe alors autour de la propriété des religieuses. La propriété des Soeurs servantes du Saint-Coeur de Marie est traversée en diagonale par une ligne de transport d’électricité.

        La maison provinciale est entourée d’une grotte, de statues et du cimetière de la communauté. La propriété est mise en valeur par un jardin, des allées et de nombreux aménagements paysagers. En raison du volume imposant de la résidence et de sa situation surélevée, la maison provinciale bénéficie d’une grande visibilité et constitue un point de repère dans le paysage beauportois.

        (Bergeron Gagnon Inc, 2014)

        ARCHITECTURE
        • Plat
          Aucune
          Couronnement, Pilastres, Pierres incrustées, Modillons, Bandeau de pierre
          Avant-corps Aucun, Marquise Aucun

          CARACTÉRISTIQUES
          Choix et confort

          • NÉlectricité, chauffage, climatisation et eau chaude inclus
          • NUnités pour tous les goûts
          • NStudio, unité de une, deux ou trois chambres
          • NQuelques unités sur deux étages
          • NMurs de briques d'origine
          • NComplexe sans fumée
          • NInsonorisation supérieure
          • NPlafonds de 11 pieds
          • NBalcons
          • NAscenseurs
          • NStationnements souterrains chauffés
          • NEspace lave-auto
          • NBornes de recharge pour voitures électriques
          • NMatériaux de qualité (granit, quartz, brique, béton, céramique, planchers Torlys)
          • NFinition de douche en panneaux de béton lissés
          • NVue sur le fleuve et le Château Frontenac
          • NÀ 15 minutes de la ville
          • NParc à proximité
          • NStationnement visiteur
          • NRangements disponibles

          Espaces communs majestueux

          • NGrandiose chapelle intégralement conservée
          • NTerrasse Commune au toit
          • NCours intérieures
          • NSalle d'entraînement
          • NSalon de billard
          • NSalon de golf virtuel intérieur
          • NSalle de pétanque intérieure
          • NSalle de cinéma maison
          • NSalle de création artistique

          Sécurité et technologie

          • NEspace livraison de colis sécurisé directement au hall d'entrée
          • NSerrure intelligente pour accès aux unités
          • NÉcran interactif et tactile dans chaque unité

          Animaux de compagnie acceptés

          • NChiens et chats de moins de 20 lbs acceptés
          • NEspace lavoir pour chouchouter toutou
          GALERIE D’IMAGES

          Un avant goût de votre nouvel environnement

          Visite virtuelle du 309

          Visite virtuelle du 518

          PLANS DES UNITÉS

          Vaste choix de condos locatifs

          Électricité – Chauffage – Eau chaude et air climatisé inclus

          Studio

          Phase 2 – Été 2023

          477 pieds carrés

          1 chambre

          Phase 1 et 2 – Été 2022 + 2023

          545 à 1399 pieds carrés

          1 chambre + bureau

          Phase 1 – Été 2022

          704 à 1516 pieds carrés

          2 chambres

          Phase 1 et 2 – Été 2022 + 2023

          975 à 1184 pieds carrés

          2 chambres + bureau

          Phase 1 – Été 2022

          1154 à 1334 pieds carrés

          3 chambres

          Phase 1 – Été 2022

          1253 à 1521 pieds carrés

          3 chambres + bureau

          Phase 1 – Été 2022

          1830 et 1840 pieds carrés

          Aires communes
          Grandioses et variées

          Votre milieu de vie

          RECHERCHEZ VOTRE UNITÉ
          Sélecteur de plans interactif

          Consultez tous nos plans afin de trouver le condo locatif répondant le mieux à vos besoins.

          Appartements

          Phases

          Espaces communs

          Minutes de la ville

          CHOIX ET CONFORT

          Unités pour tous les goûts, de studio à 3 chambres
          recherchez la votre
          secteur paisible

          Situé près de tous les services

          En plein cœur de l’arrondissement de Beauport

          À moins de 15 minutes du centre ville, découvrez tous les avantages que vous offre un condo locatif à Beauport. Tous les services de la ville et la tranquillité de la banlieu.

          • NParcs à proximité
          • NPiste cyclable
          • NTransport en commun
          • NÉpicerie
          • NPharmacie
          • NCentre d'achats
          • NRestaurants
          • NCinéma
          • NAccès à l'autoroute
          • NStations services
          • NÉcoles
          • NHôpital
          sUIVEZ-NOUS

          Pour ne rien manquer

          le divin
          condos locatifs

          Un milieu de vie exceptionnel

          UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE

          Toujours en croissance, l’Équipe DMA compte plus de 30 années d’expérience dans le domaine immobilier.

          SERVICE ATTENTIONNÉ

          Un concierge sur place, une équipe de maintenance, administrative et locative à l’écoute de vos besoins.

          la paix d'esprit

          Frais d’énergie inclus. Plus besoin de déneiger et de prévoir des frais d’entretien. Aires communes variées, stationnements intérieurs chauffés et bien plus.